Ces armes chimiques et biologiques sont expédiées et transportées par le réseau de la CIA par l’intermédiaire de pays alliés régionaux, vers la Syrie, dit Duff. Il critique fortement le « silence désespérant » des gouvernements occidentaux sur ce problème, disant qu’ils n’ont « rien fait » pour arrêter ces livraisons.

Ces remarques sont faites au moment où des images de combattants Kurdes tués par les militants d’EILL suggèrent que les ont utilisé des armes chimiques contre les kurdes dans la  frontalière syrienne de Kobané.

Les images montrent des brûlures et des taches blanches sur les corps des victimes, alors qu’il n’y a aucune blessure visible ou saignement notables.

Duff a dit que l’EILL était à présent capable de développer des armes de destruction massives (ADM), et que le groupe terroriste était aussi à la recherche de scientifiques capables de développer de dangereuse  «  sales » ( radiologiques). (*)

Il ajoute que les terroristes « possèdent du matériel nucléaire, qu’ils ont ramassé à Mosul (ville Irakienne). Nous savons aussi qu’ils peuvent fabriquer des armes chimiques sur place ».

Les commentateurs politiques disent que les terroristes, financés par des pays étrangers, ont déjà utilisé des armes chimiques trois fois ces dernières années ; la première fois près d’Alep, une deuxième fois à côté Damas, et une troisième dans Homs.

Pendant ce temps, l’ambassadeur de Syrie à l’ a accusé la Turquie et l’Arabie Saoudite de fournir des ADM aux terroristes opérant dans le pays.

Bashar Ja’afir a accusé Ankara et Riyad, lors d’un discours devant la commission des Nations Unies, d’approvisionner les activistes en armes chimiques, en ajoutant que la Turquie soutient plus de 100 groupes terroristes en Syrie.

Traduit par Couteux Florian pour Réseau International

Source :

 //www.veteranstoday.com/2014/10/16/isil-terrorists-used-us-made-cws-in-syria-analyst/

Source vidéo :

 https://www.youtube.com/watch?list=UUaMH8-gD-ZYyC93vY6GlnCQ&v=VUfgoT9jgRM

(*) Note de la rédaction

D’un côté Gordon Duff établit que des armes chimiques de fabrication US sont livrées aux terroristes à partir des  de Tbilissi en Géorgie et, dans ce cas, on ne voit pas pourquoi on insiste tant sur le rôle des Saoudiens et des Turcs qui ne seraient finalement que les banquiers et les convoyeurs d’armes fournies en réalité par les Etats-Unis pour des objectifs précis.

D’un autre côté, Duff insiste lourdement sur les capacités des terroristes à fabriquer des armes de destruction massive, qu’ils pourraient pourtant se faire livrer gratuitement et sans effort, sans avoir à passer de petites annonces pour la recherche de spécialistes.

Cette contradiction se retrouve, malheureusement, chez un grand nombre d’analystes, créant une sorte de tangage permanent entre un discours officiel convenu auquel on ne croit pas trop, et ce que l’on sait mais qui flirte dangereusement avec le « conspirationnisme » qui fait peur.

Le Père Noël est généreux :  analyse de Imran Nazar Hosein