Lundi, un hélicoptère russe Mi-8 a été abattu dans la province syrienne d'Idlib. Cinq Russes - trois membres de l'équipage et deux officiers du Centre russe pour la réconciliation des parties en conflit en Syrie - se trouvaient à bord de l'hélicoptère. Tous ont péri. Déjà qualifié d'acte terroriste, l'attaque contre l'hélicoptère russe perpétrée le 1er août soulève une série de questions. Tentons d'y mettre un peu d'ordre. Qui a abattu l'appareil? L'hélicoptère était de retour pour la base aérienne de Hmeimim après avoir livré de l'aide humanitaire à Alep. 

© TSA
Les restes de l'hélicoptère russe abattu par les terroristes en Syrie
Selon le chef du Commandement opérationnel principal de l'État-major de l'armée russe Sergueï Roudskoï, l'appareil a été abattu au-dessus de la zone contrôlée par le groupe djihadiste Front al-Nosra (récemment rebaptisé en Front Fatah al-Cham) et par les troupes de l'opposition "modérée" y ayant adhéré. 



M. Roudskoï a qualifié l'attaque d'acte terroriste

C'est l'Armée de la Conquête (Jaish al Fatah, opposition considérée comme "modérée" par les Etats-Unis) qui a revendiqué l'attaque. Ceci étant dit, la vidéo montrant les débris de l'appareil présente un homme d'Ahrar Al-Cham, un autre groupe de l'opposition dite "modérée". 

Qui se trouvait à bord? 

Le ministère russe de la Défense a révélé les noms des membres de l'équipage: il s'agit du commandant de bord Roman Pavlov (33 ans), du navigateur Oleg Chelamov (29 ans) et du technicien du bord Alexeï Chorokhov (41 ans). 


Les noms des deux officiers du Centre russe pour la réconciliation des parties en conflit en Syrie n'ont pas été divulgués. 

Roman Pavlov (à droite sur la photo) a laissé derrière lui une fille. Oleg Chalamov (à gauche) était père de deux enfants mineurs. 

Comment la Russie a riposté? 

Peu après l'attaque contre le Mi-8, le commandement du groupe aérien russe déployé à la base syrienne de Hmeimim a ordonné aux pilotes de mener un bombardement intense sur les positions des djihadistes déployés dans la zone du crash de l'appareil. 


​Selon les données disponibles à midi le 2 août, les forces aérospatiales russes ont mené plus de 40 frappes. 

Est-il possible de récupérer les dépouilles des cinq militaires tués? 

Tout de suite après le drame, le commandement du groupe aérien russe déployé à la base syrienne de Hmeimim a entamé une opération de recherche des dépouilles des militaires russes. Parallèlement, les forces spéciales syriennes effectuent un ratissage dans la zone où les terroristes auraient pu cacher les corps des cinq Russes. 

Comme les djihadistes pratiquent régulièrement des échanges de dépouilles, il n'est pas exclu qu'ils proposent cette fois-ci d'effectuer un échange. 

La Russie aura-t-elle à nouveau recours à l'aviation stratégique? 

Suite à la destruction du Mi-8 russe, les militaires examinent à nouveau la possibilité de recourir à l'aviation stratégique pour pilonner les positions des djihadistes dans la région d'Alep, rapporte la presse russe se référant au journal Kommersant. La décision définitive sera prise à l'issue des consultations de l'Etat-major général. Rappelons que des bombardiers stratégiques russes ont pour la première fois été employés en Syrie en novembre dernier, puis les 12, 14 et 21 juillet.