ALERTE INFO. Syrie: la bataille d’Alep, aurait-elle (enfin) commencé aujourd’hui ?

Publié le jan 25, 2014 @ 13:07

La citadelle d'Alep

La citadelle d’Alep

La peur change de camp. Selon des informations toutes fraîches en notre possession, venues directement d’Alep, vérifiées et recoupées,  et non de Grande Bretagne avec l’OSDH, c’est la débandade générale sur place où, des "rebelles " endéroute, prennent en orage des populations civiles pour couvrir leur fuite. Des nombreux contingents terroristes fuient donc vers le nord, en direction de la Turquie. La presse mainstream, absente au moment où nous bouclons ce petit billet, va sans doute nous parler de l’armée qui "massacre son peuple". 

Labayka ya Bashar

Labayka ya Bashar

Dès 6h du matin, aujourd’hui, toutes les zones tenues par les "rebelles" sont prises d’assaut par l’artillerie lourdes de l’armée arabe syrienne, et des bombardements intensifs ont secoué la ville d’Alep. Il s’agit des vrombissements des chasseurs bombardiers, qui ont pilonné et continuent de pilonner les regroupements des islamo-djihadistes dans les quartiers suivants: Al Haydariyyé, As Safa, Assakhour, Achchaar sans oublier la route menant à la ville d’Albab.

>>>Rejoignez-nous sur Facebook 

Selon nos correspondants et amis sur place, "les islamistes se servent de civils comme boucliers humains" et "abattent systématiquement ceux qui tentent de se réfugier dans les quartiers tenus par les forces loyalistes". Déjà hier, avant cet assaut qui risque d’être le vrai début de la bataille d’Alep, un redéploiement des unités spéciales syriennes, avait eu lieu dans les quartiers fidèles à Bashar el-Assad. Ce qui porte à croire que ce nouveau positionnement est pour éventuellement cueillir les fuyards islamistes qui seraient tentés de se dissimuler dans la population civile.

Visiblement donc, après le refus habituel de la coalition nationale syrienne sur un éventuel cessez-le-feu à Alep proposé par le ministre syrien des Affaires étrangères al-Mouallem, à Montreux, en Suisse, le gouvernement a lancé l’assaut. En effet, une stratégie qui risque d’être payante dans la mesure que cette offensive arrive au moment où les forces hostiles au gouvernement syrien n’en finissent pas de se combattre. Leurs combats fratricides ont laissé sur le carreau pas moins de 400 "rebelles" voire plus.

En plus, des rumeurs persistantes en cours à Alep, qui indiquent que, de nombreux terroristes abandonnent le champ de bataille pour regagner la Turquie, on se dirige vers un assaut final, selon certains. Est-ce que l’acceptation d’un cessez-le-feu, à Genève, par les négociateurs de l’"opposition", changera la donne ? Mais, au moment où nous bouclons ces lignes,  à 13h, heure française, les bombardements n’ont toujours pas cessé.

La presse mainstream, dans son silence assourdissant, est en  train de chercher un angle de tir, pour commenter les évènements en défaveur de leurs poulains. Au moment où l’aéroport international d’Alep est redevenu opérationnel, sans compter cette nouvelle avancée, il est vrai qu’il sera difficile de commenter la déculottée de leurs protégés qu’elle déguisera en bombardements contre des civils…