Marasine

Marasine

L’HISTOIRE DE DEUX SYRIENS ARMÉNIENS TOMBÉS ENTRE LES GRIFFES DE DAECH !

 

L’HISTOIRE DE DEUX SYRIENS ARMÉNIENS TOMBÉS ENTRE LES GRIFFES DE DAECH !

 

 

Par Suhaib Anjarini

C’est l’histoire d’Anis et de Minas Livonian, deux Syriens arméniens, habitants d’Alep, exécutés par le « Comité de la Charia de l’État Islamique en Irak et au Levant » [EIIL ou DAECH], sans que leur famille ne puisse récupérer leurs corps du fait d’une  logique à nulle autre pareille !

————————————————————–

Anis Livonian, appelé « Abou Minas » parce que père de Minas, avait 69 ans et possédait une petite usine à glace située dans le districtd’Al-Bab à l’est d’Alep ; usine confisquée par les gens de DAECH dès leur arrivée dans la région, quatre mois plus tôt.

 

L’usine étant leur seul moyen de subsistance et le résultat du labeur de toute une vie, le père et son fils de 38 ans ont fini par décider de se rendre au siège de DAECH en espérant trouver un arrangement avec l’Émir du coin. Ils se sont donc dirigés vers le « SERVICE DES BUTINS » situé en pleine cité industrielle de Cheikh Najjar ! C’était oublier que ces gens là n’avaient aucune complaisance avec ceux qui étaient suspects de désaccord avec « leur foi » !

 

En prenant cette difficile décision, Anis laissait derrière lui sa femme et ses deux filles ainsi que la famille de Minas, lui-même père de trois enfants dont l’aîné est âgé de onze ans. Après leur arrestation immédiate dans les « PRISONS DE DAECH », c’est en vain que la famille a essayé de savoir ce qu’ils étaient devenus.

 

Ce qu’ils étaient devenus, Al-Akhbar l’a appris par l’un des codétenus. Il raconte que trois mois après leur arrestation, PARCE QUE ARMÉNIENS, un certain Cheikh Abou Issa en sa qualité de juge du « tribunal de la charia de DAECH » leur proposa une solution : « Convertissez-vous à l’Islam et vous serez bientôt relâchés ». Ce qu’ils acceptèrent, apparemment sans hésitation ni temps de réflexion.

 

Voyant que trois jours après la prononciation de leur profession de foi [La Chahada], ils étaient toujours en détention « provisoire », ils se risquèrent à rappeler à l’un des « inspecteurs » de la prison la promesse de libération faite par le cheikh Abou Issa. Il leur dit : « Notre Émir n’est pas convaincu de votre bonne foi ». Minas lui répondit : « Comment ça, pas convaincu ? Nous avons juré, non !? ». Et l’inspecteur de rétorquer cyniquement : «Vous, les gens du livre, votre Évangile est corrompu et votre foi est nulle. Vous avez certainement prononcé la chahada pour nous duper ».

 

Toujours d’après leur codétenu, un peu avant que la guerre entre DAECH et les diverses factions terroristes n’atteigne la prison,  on leur apprit qu’ils allaient être confrontés à un juge religieux. Le jugement se solda par une balle dans la tête du père et du fils !

 

Et c’est là qu’une deuxième tragédie commence. Elle a été racontée, cette fois-ci, par un membre de leur famille : « Nous avons appris la triste nouvelle de leur décès par Internet ! Nous avons cherché à récupérer leur corps pour les inhumer d’une façon décente, c’était le moins que nous puissions faire ! ».

 

Finalement, ce n’est qu’après de laborieuses recherches que la famille a appris, par une ONG, que les corps étaient dans les locaux du « Comité de la Charia de DAECH » à Alep. Elle a donc demandé la permission de les récupérer. Mais la réponse fut cinglante : « Impossible, ils ont déclaré leur Islam, nous nous devons de les inhumer d’une façon décente… conformément à la charia islamique ! ».

Suhaib Anjarini      Source : Al-Akhbar

http://www.al-akhbar.com/node/198722

 Traduction de l’arabe : Mouna Alno-Nakhal

 Note de la traductrice :

DAECH : Organisation terroriste takfiriste affiliée à Al-QaÏda, soutenue par la Turquie et nourrie, entre autres, par l’Arabie saoudite wahhabite, même si sa préférence actuelle semble aller vers une organisation jumelle nommée « Front islamique » ; le wahhabisme étant absolument étranger à l’Islam et à la civilisation du Levant ou de la Mésopotamie.

 

Histoire à verser au dossier de Mme Navy Pillay, Haut Commissaire des Nations Unies au droit de l’homme, qui semble se réveiller à certaines réalités.

 

Accessoirement, elle pourrait aider à éclairer M. Jack Lang, ex-ministre de la Culture et de l’Éducation Nationale, qui chante la « lune de miel » de la France avec l’Arabie saoudite et semble vouloir réduire l’« Institut du Monde Arabe » à ce royaume vieux de quelques décades ! Mais, à l’écouter, il n’y a pas que les pétrodollars qui motivent ses flatteries; la Syrie n’est pas encore suffisamment détruite à son goût ! Par ailleurs, il doit partager l’avis du Président Hollande prononcé lors de sa dernière conférence de presse [le 14 Janvier 2014]. De mémoire, ce dernier a dit : « La souveraineté de la France est dans sa capacité de frapper »… Frapper la Syrie !? C’est ça la souveraineté de la France d’aujourd’hui ?

Interview Jack Lang [En français à partir de 0,35 minute] / imarabeet / Al-IKHBARIYAH !

https://www.youtube.com/watch?v=zE09292kJe4#t=102

Monsieur Suhaib Anjarini est journaliste et rédacteur du journal Al-Akhbar [Liban].



17/01/2014
0 Poster un commentaire

Inscrivez-vous au blog

Soyez prévenu par email des prochaines mises à jour