Au moins 44 personnes sont mortes et 170 ont été blessées dans deux attentats ayant visé les forces kurdes dans un secteur de la ville syrienne de Qamichli (nord-est), non loin de la frontière turque, selon un bilan des médias officiels. L'attentat qui a touché la ville de Qachmili a fait a tué au moins 44 personnes et blessé 170 autres. Le bilan risque encore de s'alourdir selon des médias locaux. 

© REUTERS/ Rodi Said
L'horreur continue en Syrie

Selon un correspondant de l'AFP citant une source des forces de sécurité kurdes (Assayech), «il s'agit du plus gros attentat jamais perpétré dans la ville» de Qamichli. Il a fait état de dégâts très importants et de corps ensevelis sous les décombres. Selon la même source, l'attentat a été mené par un kamikaze qui s'est fait exploser à bord d'un gros camion près d'un point de contrôle proche des administrations de la «zone autonome» kurde dans la ville, dont l'organisme chargé des affaires de Défense. 

(ATTENTION CES IMAGES PEUVENT HEURTER LA SENSIBILITE DU PUBLIC


Selon la télévision nationale syrienne, le gouverneur de la province de Hassaké, où se trouve Qamichli, a lancé à la population un appel aux dons de sang «pour les victimes [...] dans les hôpitaux publics et privés». 

Les premières informations avaient fait état d'un double attentat mais selon des sources dans Qamichli, l'explosion du camion a en fait provoqué une autre déflagration, causée par un réservoir de gaz. 

L'organisation terroriste Etat islamique a finalement revendiqué l'attentat, qui a ciblé un centre de recrutement des forces kurdes, parlant d'«opération-martyre». 

Les bâtiments situés aux alentours ont aussi été endommagés par les déflagrations. 


La majorité de la province de Hassaké est contrôlée par les forces kurdes qui y ont établi une «administration autonome». Les forces gouvernementales syriennes contrôlent l'aéroport et certains quartiers de Qamichli. Le reste de la province est aux mains des Unités de protection du peuple kurde (YPG, principale force militaire kurde), qui ont annoncé en mars la création d'une zone «autonome» dans le nord-est syrien. 

Les combattants kurdes sont à la pointe du combat contre le groupe extrémiste Etat islamique (EI) et ont remporté plusieurs victoires dans le nord et l'est de la Syrie mais les jihadistes ont répliqué par une série d'attaques suicide.