Beaucoup de personnes se demandent pourquoi l'axe Russie-Damas-Iran-Hezbollah a accepté un cessez-le-feu en Syrie alors qu'il était en phase de reconquête. Il y a plusieurs raisons à cela et de fins observateurs les ont déjà données : négocier en position de force, remettre Assad au centre du jeu (plus personne ne demande son départ), couper l'herbe sous le pied aux Saoudo-turcs... Pour ma part, l'un des éléments qui me paraît le plus important est, selon une antique tactique russe, le saucissonnage de la rébellion. 

L'opposition à Assad est en ruines et divisée comme jamais entre ceux (minoritaires mais médiatiques) qui ont accepté la trêve et ceux, les djihadistes (majoritaires), qui la refusent. Désormais, toute ambiguïté est levée et le "camp du Bien" ne trouvera rien à y redire : ceux qui continuent le combat contre Assad sont des terroristes qu'il faudra traiter comme tel. On imagine l'immense malaise dans les salles de rédaction de la mafia médiatique occidentale... Déjà, des craquelures apparaissent dans des publications pourtant peu favorables à la position russe (PoliticoBoston Globe, même Fox News qui nous fait un timide pas de danse). 

Cette trêve permet ainsi de mettre le camp du Bien face à ses contradictions et de révéler au grand jour qui est qui en Syrie et qui soutient qui. Or, il n'aura fallu qu'un jour à la Turquie pour se faire prendre le doigt dans le pot de confiture ! 

Déjà terriblement isolée par une politique dont tout le monde reconnaît maintenant le caractère désastreux et sous forte pression économique de la part de Moscou, la Turquie d'Erdogan a tout perdu en Syrie. Non seulement il n'est évidemment plus question de renverser Assad depuis l'intervention automnale russe, mais il n'est même plus possible de faire quoi que ce soit contre les Kurdes ni d'avoir une quelconque voix au chapitre sur le futur syrien depuis la bourde du 24 novembre. Un flop retentissant dont il n'est pas sûr qu'Erdogan se remettre... 

Or, à peine le cessez-le-feu entré en vigueur, voilà que le sultan semble avoir fait une nouvelle ânerie. Tell Abyad, tenue par les YPG kurdes, a été bombardée depuis le territoire turc. L'armée turque s'est empressée de nier toute implication (on a connu Ankara moins beaucoup timide il n'y a pas si longtemps...), mais l'important est que les Russes se sont aussitôt tournés vers les Américains pour leur demander des explications. Et là, plus de faux fuyant possible. Si leur allié turc rompt la trêve si difficilement obtenue et dont les Etats-Unis sont l'un des garants, ils se verront dans l'obligation d'agir. Pour Moscou, mettre Washington en face de ses énormes contradictions et enfoncer un coin peut-être définitif entre l'OTAN et la Turquie n'est pas le moindre des avantages de cette cessation des hostilités.