image: http://www.mamafrika.tv/wp-content/uploads/2016/03/Deir-Ezzor-road-681x368.jpg

MamAfrika TV | Par Allain Jules

 

Le président russe Vladimir Poutine a ordonné hier, lundi, le retrait de la majeure partie du contingent militaire déployé en Syrie depuis le 30 septembre et dont les milliers de raids aériens ont permis à l’armée syrienne de reprendre l’avantage sur le terrain. Cette annonce surprise, au moment où a débuté à Genève un nouveau cycle de négociations entre des représentants du président Bachar al-Assad et de la très hétéroclite opposition syrienne, est intervenue après un entretien téléphonique entre Vladimir Poutine et le chef de l’État syrien. L’Occident se félicite en silence, tandis qu’en Russie, ça crée une grosse polémique.

>>> Suivez-nous sur Facebook

>>> Suivez-nous sur Twitter

Concertation entre la Russie et la Syrie

Pour Vladimir Poutine, «La tâche qui avait été demandée à notre ministère de la Défense et aux forces armées a été globalement accomplie et j’ordonne donc au ministère de la Défense d’entamer à partir de demain (NDLR: mardi) le retrait de la majeure partie de nos contingents militaires de la République arabe syrienne», a dit à la télévision M. Poutine au ministre de la Défense Sergueï Choïgou.

Mais, ce que les Russes veulent, c’est une victoire totale sur le terrain. Ce que la presse mainstream tente de faire croire, c’est que la Russie aurait abandonné la Syrie. Que nenni. Il s’agit d’une stratégie en commun accord avec la Syrie. Bien évidemment, ce que beaucoup n savent pas, si les terroristes prennent le dessus quelque part en Syrie, les forces russes reviendront en force. Il faut l’avoir à l’esprit. Parce que, quand le Kremlin parle d’objectifs atteints, c’est bien vrai. Toutes les routes de ravitaillement et d’approvisionnement des terroristes sont coupées. C’est à l’armée syrienne de terminer le travail mais, attention, les forces russes qui resteront sur place pourront bien évidemment réagir rapidement en cs d’attaque des intérêts syriens.

Intensification des frappes russes à Palmyre.

La force aérienne russe, en dépit des annonces, a intensifié ses frappes ce matin. Ses bombardements se sont confiné dans la partie orientale du gouvernorat de Homs. Elle a pilonné intensément les positions de Daesh à Jabal Hayyal, Al-Sakhanah, Wadi Dhakana et Jabal Al-Sha’ar près de la ville stratégique de Palmyre (Tadmor). Ces attaques ciblées ont permis à l’armée arabe syrienne de reprendre aux terroristes Jabal Hayyal. L’armée arabe syrienne poursuit ses opérations à palmyre, côté nord, à Al-Dawah, avec l’aide des frappes syro-russes.

Dans cette offensive de la 67e Brigade syrienne, de la 550e Brigade et leurs alliées, les affrontements sont d’une violence inouïe. Malgré leurs progrès des forces armées syriennes et le recul constant de Daesh, de nombreuses pertes sont à signaler. C’est le prix à payer pour reprendre la Syrie et bouter hors de ses terres Daesh.  Palmyre pointe désormais son nez.  Hier, toujours avec l’aide des frappes russes, les forces syriennes se sont rapprochés de la base de Tabaqa, pas loin de Raqqa. A Deir Ezzor l’armée arabe syrienne est en train d’avancer vers les champs pétrolifères  de Thayyem, dernière source de revenu de Daesh en Syrie. Si elle est reprise aujourd’hui, l’économie de Daesh s’effondre.

Pour finir, et en conclusion, posez-vous donc la question de savoir en quoi serait-il utile d’avoir, dans un petit studio, 10 téléviseurs ? La Russie et la Syrie n’ont pas besoin d’avoir 100 aéronefs alors qu’il en faut juste 20 pour terminer la tâche ardue. Pour rappel, ça ne fait que 6 mois que les forces russes sont déployées en Syrie. Pendant 5 ans, la « coalition » n’a pas eu ce succès patent…La Russie n’abandonne pas la Syrie.