A MM. Fabius et Hollande : SYRIE, un expert américain conteste la portée des missiles chimiques du 21 août

Publié le jan 18, 2014 @ 17:03

4

 

Tribune libre de Bluerider

blueriderUn rapport accablant

Ce Rapport fait suite à de nombreux autres indices que des militants comme moi de la transition autodéterminée et sans ingérence en Syrie ne cessent de mettre en avant, dans l’espoir (très mince) que nos médias francophones bien chahutés par le pouvoir ces dernières semaines (Dassault, Dieudonné, Plenel, Gayet…) s’en emparent. Il est vrai qu’avec les fables du Monde proférées par le « journaliste » Jean-Philippe Rémy et le photographe Laurent Van der Stockt à propos d’attaques au gaz autour du 4 avril à Jobar et La Ghouta , elles aussi imputées à l’armée syrienne, nos médias sont allés tellement loin dans l’infamie que je ne les vois pas revenir sur terre de si tôt… Pourtant, les Représentants et Senateurs américains eux-mêmes ont depuis longtemps dénoncé la fraude des preuves des attaques chimiques de La Ghouta du 21 août.

Ce Rapport montre aussi que la simplicité technologique des roquettes « GRAD » utilisées rend leur manufacture possible dans des ateliers équipés des machines-outils à disposition des pseudos « rebelles » sur le territoire syrien conquis, ou chez leurs alliés proches comme la Turquie aux frontières si poreuses.

L’expertise balistique et technologique de Richard Lloyd, professeur au MIT et ancien inspecteur de l’ONU, a été menée à partir des matériaux d’enquête fournis à l’ONU par les états alliés. Elle pose donc aussi la question de la manipulation de ces données destinées à la presse et aux citoyens des pays alliés. Le Rapport intégral (anglais) se trouve ici.

>>>>Rejoignez-nous sur Facebook

blue

SES CONCLUSIONS SONT SANS APPEL :

1 > "Les munitions chimiques syriennes improvisées qui ont été utilisées le 21 août dans l’attaque à l’agent nero-toxique de Damas ont une portée d’environ 2 kilomètres."

2 > "L’expertise indépendante de l’ONU quant à la portée de ces munitions chimiques est en total accord avec nos conclusions."

3 > "Cela signifie que ces munitions ne peuvent en aucun cas avoir été tirées de La Ghouta-Est, depuis le cœur, ou depuis la bordure est, de la zone sous contrôle du gouvernement syrien, telle que décrite dans la carte des Services de Renseignement publiée par la Maison Blanche le 30 août 2013."

4 > "Ces renseignements erronés auraient pu mener à une action militaire injustifiée fondée sur des renseignements faux."

5 > "Une enquête correcte sur le fait que ce type de munition avait une aussi courte portée aurait mené à une évaluation totalement différente de la situation à partir des données collectées."

6 > "Quelles que soient les raisons des erreurs monstrueuses commises par les Services de Renseignement, la source de ces erreurs nécessite des explications."

7 > "Si la source de ces erreurs n’est pas identifiée, les procédures qui ont conduit à cette faillite des Services de Renseignement resteront non corrigées, et le risque d’une politique étrangère désastreuse continuera de croitre à coup sûr."

MA CONCLUSION :

A 3 jours de la conférence de Genève II pour l’instant snobée par l’"opposition syrienne" en conciliabules à Istanbul dans un hôtel 5 étoiles loin des massacres rebelles (rapport ONG turque déposé à l’ONU) qui désormais s’autodévorent entre eux, cette nouvelle saillie dans la propagande des alliés contre les institutions syriennes avec qui nous avons pourtant collaboré lors du programme des tortures secrétes de la CIA de 2002 à 2006 (13000 captifs répartis dans tout le bassin méditerranéen et jusque dans l’Union Européenne du Sud et du Nord selon les rapports Marty et Fava) renforce le point de vue des pacifistes qui demandent aux médias de mettre en avant une solution autodéterminée sans ingérence extérieure, donc qui passe par le désarmement immédiat de toute la pseudo-rebellion et un retour à la paix civile qui prévalait depuis 1982 ( 21 années) jusqu’à la campagne de déstabilisation commencée dans des circonstances douteuses (élements de l’armée "retournés" ?) le 15 mars 2011 et devenue à 90% ouvertement étrangère depuis.