SYRIE.Guerre: quand la couardise des médias français partisans, ne peut plus se cacher

Publié le jan 4, 2014 @ 11:03

136

 

presse_francaiseLa bêtise sans fond et la couardise des médias français et leur traitement du conflit syrien vient de prendre une nouvelle envergure. Après les salmigondis de François Hollande en Arabie saoudite, justifiant encore une fois l’aide apportée aux terroristes, puisque pour lui, l’armée arabe syrienne, en bombardant ces derniers commettait des "massacres", la presse française reste à la traîne, par rapport à l’anglo-saxonne. Son silence assourdissant, avec le développement de la guerre montre sa gêne.

Le silence est d’or, l’armée syrienne avance.

Alors que l’armée arabe syrienne avance chaque jour davantage, pas un mot de la presse française. Or, il suffit qu’il y ait un bombardement, notamment sur Alep, pour qu’elle commente avec entrain les méfaits des "fidèles", dit-elle, de Bachar al-Assad. Une falsification qui en dit sur la propagande habituelle dont elle a du mal à se départir, refusant de parler de l’armée arabe syrienne, fidèle à un homme et à son peuple, n’en déplaise à la bien-pensance occidentalo-golfienne -passez-moi l’expression-, qui, par son procédé orwellien, veut induire tout le monde en erreur. Oui, l’armée arabe syrienne ne cesse de faire des progrès, liquidant à chaque fois, de nombreux terroristes. La plupart sont en débandade totale.

Alors qu’une grande frange de la population syrienne a toujours soutenu son président, aujourd’hui, la plupart des égarés, ceux qui ont compris qu’ils avaient fait fausse route, n’hésitent plus à se confier en accusant les djihadistes, d’une part, de ne pas être des musulmans véritables et les accusant de n’avoir que pour seul projet le pouvoir, et d’autre part, qu’ils désservent leur cause. Comment en serait-il autrement, lorsqu’on ouvre sa porte à des mercenaires, qui ont fait le coup de feu un peu partout, pensant que leur but est de les aider ? Ces gens, qui ne sont pas des Syriens pour la plupart, ne combattent que pour de l’argent…

L’Arabie saoudite, ennemi public n°1 des arabes.

Sur le terrain pourtant, surtout au nord de la Syrie, le contrôle des biens syriens est la chose la moins bien partagée et voit ces groupes terroristes-djihadistes s’accuser mutuellement des exactions et surtout s’entre-tuer. Cette horde de barbares, à qui certains veulent donner le pouvoir par la force, notamment les autorités françaises et les monarchies du Golfe, finiront de s’exterminer sans que l’armée arabe syrienne ne lève son petit doigt pour les combattre. Alors que le but était la forteresse, Damas, ici, ils ne commettent plus que sporadiquement des attentats, après avoir transformé certaines banlieues de la capitale syrienne en véritable gruyère, par leurs innombrables tunnels de contrebande que finance l’Arabie saoudite, après le retrait en sourdine du Qatar.

>>> Rejoignez-nous sur Facebook

Cette presse française subventionnée avec l’argent de nos impôts, refuse encore de parler de ses protégés qui, en perte de vitesse, veulent désormais aller combattre au…Liban. Une étrange coïncidence avec le voyage de François Hollande en Arabie saoudite, qui promet d’acheter à la France, pour 3 milliards de dollars, des armes pour l’armée libanaise. Mais, est-il possible de vendre des armes à un pays qui n’a même pas de gouvernement ? Le Liban n’étant nullement un pays avec un régime présidentiel, il est peu probable que cette affaire aboutisse. Alors, où iront les armes ? En Syrie sans doute mais, peut-être aussi au Liban, pour combattre le Hezbollah. Ce serait une volonté d’embrasser le Liban après la Syrie, pour affaiblir davantage la résistance arabe. Et qui s’y colle ? L’Arabie saoudite. Qui finance ? Toujours elle.

Couardise et lâcheté ou cynisme et racisme ?

Pourquoi la presse française ne relève-t-elle pas les faits cités plus haut ? Pourquoi, même si elle les évoque avec parcimonie, se cache-t-elle encore derrière l’OSDH, organe d’un seul homme planqué en Grande Bretagne ? A propos, elle le désigne sans vergogne comme étant une ONG fiable s’appuyant sur de nombreux militants sur le terrain syrien. Mais, ce qu’elle refuse de préciser, elle qui s’est longtemps refusés à parler des djihadistes, c’est que cet homme est un Frère musulman -organisation terroriste-, ennemie du gouvernement du président Bachar al-Assad, pour conviction religieuse.

En réalité, la presse française qui insulte à longueur de journée les musulmans de France, n’est pas capable de les aimer en Syrie. Ca n’est pas possible autrement. Avec comme mode d’investigation le copier-coller, cette presse-là a lamentablement échoué et, ce n’est pas maintenant, avec des coudées franches ou des effets de manches excécrables qu’elle rattrapera le coup. Regardez comment elle lynche l’humoriste Dieudonné. C’est avec ce même procédé, qu’elle continue de matraquer son mensonge sur la Syrie. C’est, en réalité, sinon de la couardise car, elle n’y peut rien, à défaut, du racisme, ou les deux. C’est tellement facile de lyncher les autres, quand on ne risque rien…