© rcweekly.reasonedcomments.org
"This has zero to do with sovereign rights of other states..."
Depuis deux mois, des rumeurs assez insistantes font état d'un possible coup d'Etat des militaires turcs contre le sultan fou qui conduit son pays à l'abîme. Or, un nouvel articled'une revue plutôt sérieuse en remet une couche. 

La situation de la Turquie empire chaque jour : si la dette publique reste raisonnable (environ 40% du PIB), la dette privée - longtemps considérée comme une bombe à retardement - explose, le tout dans un contexte d'effondrement des revenus du tourisme et de baisse continue de la monnaie. La croissance, qui était en moyenne de 4,5% ces cinquante dernières années (!) est passée à 3% depuis trois ans, la faute à un environnement politique de plus en plus incertain. Certes, cela reste mieux que l'inénarrable eurozone mais, d'après les économistes, ça risque de plonger assez vite. 

Surtout, l'isolement de la Turquie sur la scène internationale devient criant. Le sultan lui-même l'admet à demi-mot : "Si je dois défier le monde entier, je le ferai". En quelques années, il a réussi l'exploit inouï de se mettre à peu près tout le monde à dos : la Russie, l'Iran, Israël, l'Union Européenne (le chantage au terrorisme risque de laisser des traces indélébiles), et même les Etats-Unis

Le chemin vers l'autoritarisme emprunté désormais ouvertement par Erdogan n'admettait pas un électron semi-libre comme Davutoglu. Son successeur au poste de Premier ministre est un fidèle suffisamment anonyme pour que son patron l'utilise comme paillasson dans ses rêves sultano-néo-impériaux

L'armée voit ces affolantes évolutions avec incrédulité. Et l'on ne parle même pas ici des arrestations à la pelle de journalistes, des députés de l'opposition inculpés, de la guerre civile avec le PKK et des plans sultanesques pour envahir le nord de la Syrie. Or, l'armée semble à nouveau danser sur le bon pied. Chose intéressante, le désormais chômeur Davutoglu a rencontré les grands pontes militaires quelques jours après sa démission. louant l'armée turque et l'associant subtilement à la défense de la démocratie dans le pays. Menace voilée à l'égard du sultan ?